Votre agence conseils en residence services seniors, maison de retraite et maintien à domicile SERVICE GRATUIT

Trouvez une place en résidence séniors ou en maison de retraite

Je complète les champs suivants pour une réponse immédiate

J'indique mon nom
J'indique mon prénom
J'indique mon numéro de téléphone

Votre de demande de renseignement a bien été prise en compte,
notre équipe y répondra dans les plus bref délais.

*Champs obligatoire
Conformément à la loi informatique, aux fichiers et aux libertés n°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification relatif à toutes informations vous concernant sur simple demande à notre adresse.

Programme élections 2017 : Les personnes âgées

Les élections présidentielles - programmes personnes âgées

Les élections présidentielles - programmes personnes âgées

Comparez les programmes pour les élections 2017 : dépendance et personnes âgées

Les programmes des présidentielles pour les personnes âgées - Elections 2017

La loi d’adaptation de la société au vieillissement, votée en décembre 2015 devait marquer le début d’une grande réforme s’attaquant notamment au dossier du financement de la dépendance.

Qu’en pensent aujourd’hui les candidats à l’élection présidentielle ?

La reconnaissance des enjeux sociétaux et l’accent placé sur l’adaptation de la société au vieillissement et la prévention dont 2 axes majeurs qui permettrait un renouvellement de la politique vieillesse en France. Malgré tout, on retombe sur les échecs des précédentes tentatives où les choix stratégiques et les réformes se heurtaient au poids du financement public de la dépendance dans un contexte très contraignant.

Les français et les françaises disent de loin préférer le maintien à domicile pour les personnes âgées de leur entourage ayant perdu leur autonomie plutôt que de les faire rentrer en maison de retraite. Cependant, ils restent lucides sur les limites du rôle de l’aidant familial, ainsi que sur le coût élevé du maintien à domicile et de l’accueil en EHPAD.

Les Français restent très attachés au principe de solidarité nationale mais restent bel et bien conscients qu’il y a des contraintes sur les finances publiques et sont donc favorables à des solutions qui allieraient un socle public et :

  • des assurances,  
  • des produits d’épargne,  
  • des cotisations sociales,  
  • le recours sur la succession, la journée de la solidarité.

Près des 2/3 des Français souhaitent que la question du financement durable de la dépendance soit au programme du prochain quinquennat au niveau des réformes.

En vertu de ces attentes, que proposent les candidats pour les présidentielles ?

Mr FILLON en gardant la même trajectoire stratégique de réduction des dépenses publiques, il exclut toutes dépenses supplémentaires et propose une assurance privée avec des incitations fiscales. Cette mesure provoque la quasi-unanimité contre elle : elle ne concerne que la moitié des Français sujets à l'impôt sur le revenu.

De plus, il est incertain qu’il y ai un réel effet des incitations fiscales, tant la proportion des Français et particulièrement les seniors à souscrire une assurance individuelle sur la base de l’offre du marché est faible.

A contrario, Mr MELENCHON et Mme LE PEN proposent tous deux un financement public : en premier lieu, la création d’un 5ème risque au cœur de la sécurité sociale, et dans un second temps, une intégration de la prise en charge de la dépendance des personnes âgées en maison de retraite.

Mr HAMON propose, pour sa part une solution mixte : des financements publics et la généralisation d’une assurance dépendance qui seraient inclues dans les garanties des complémentaires santés et prévoyance, comme le font déjà certains acteurs du marché (assurances et mutuelles).

Mr DUPONT-AIGNAN recommande un plan de financement public de 5 milliards d’euros sur le quinquennat : 3 milliards d’euros d’économies effectuées sur les dépenses de santé et particulièrement les hospitalisations évitables, et 2 milliards d’euros émanant de la lutte contre la fraude fiscale.

Bien que Mr MACRON certifie que le vieillissement soit un défi majeur, il ne propose, en dehors du volet santé, aucune solution de financement pour le financement de la dépendance des personnes âgées en maison de retraite.

Comment réduire le reste à charge de prise en charge en maison de retraite ?

Mr DUPONT-AIGNAN assure un relai de financement socialisé pour un plafond des dépenses par foyer fiscal.

Mr MELENCHON fait quand à lui, la promesse d’entraîner la production de 50 000 places en EHPAD (Etablissement d’Accueil pour Personnes Âgées Dépendante) et maisons de retraite médicalisées du secteur publique habilité à l’aide sociale, ainsi que la baisse de 500 euros du reste à charge.

Sans donner de chiffres Mr HAMON se dirige également vers la création de places dans le secteur non lucratif (publique, associatif et ESS).

Comment favoriser la prévention et le maintien à domicile ?

Mr MELENCHON, prévoit que l’APA (Allocation Personnalisée d’Autonomie) domicile soit financée par l’impôt et les cotisations des plus prospères. Pour une augmentation de 50 % de cette aide.

Mr FILLON et Mme LE PEN prévoient de mobiliser les jeunes engagés en service civique, dans le but d’aider les personnes âgées dans leurs tâches du quotidien.

Mr DUPONT-AIGNAN se distingue par une toute autre trajectoire globale sur la prévention, tout d’abord il souhaiterait mettre en place une consultation médicale régulière, réduire la TVA sur les coûts des travaux d’adaptation des logements, un meilleur suivi des personnes âgées atteintes de maladies chroniques, le développement de soins libéraux, de HAD.

Du côté des autres candidats, on trouve des propositions qui s’articulent plus ou moins bien :

Mr FILLON préconise une prévention de la perte d’autonomie grâce au financement de la recherche sur la maladie d’Alzheimer, un maintien le plus tard possible de l’activité professionnelle et à défaut, d’une activité bénévole des retraités en soutien aux jeunes entrepreneurs,

Mr HAMON prône une prise en charge des activités physiques et sportives sur ordonnance médicale,

Mr MACRON, insiste quant à lui sur le renforcement du maintien à domicile ainsi que sur la création de maison de répit : Aidants/Aidés, il propose également un plan dans lequel il investirait 5 milliards d’euros afin de financer l’innovation médicale.

Que faut-il retenir des propositions des candidats ?

Ce qui marque est la grande différence des propositions des candidats, mais également le manque de pertinence de certains du point de vue des attentes et des enjeux, voire de manque d’intérêt pour d’autres.

Les chiffres sont connus, et les analyses des tendances largement débattues et partagées depuis 2011. Les charges financières de la dépendance ont subi une croissance prévisible, et exige aujourd’hui de définir de nouveaux leviers de financement et de les arbitrer entre les contributions de la protection sociale, de la solidarité nationale, du marché et des ménages.

Si l’on prend en compte la faiblesse actuelle de la croissance des recettes de la sécurité sociale, qui limite très fortement celles de l’ONDAM médico-social, du niveau des déficits et de l’endettement public et de l’état des finances locales, on remarque que tout cela a fortement impacté les dépenses d’APA, il est donc légèrement surréaliste d’espérer une augmentation conséquente du financement de cette aide de la part de pouvoirs publics.

Les Baby-boomers, quel avenir commun ?

L’enjeu actuel n’est pas uniquement financier, mais également sociétal.

Quelles sont aujourd’hui les nouvelles offres de services au seniors ?

Celles existantes pour répondre aux besoins et aux attentes d’une nouvelle génération, celle du baby-boom qui en 1968 avait 20 ans et qui arrive de nos jours à la séniorité en ayant subi l’expérience de la dépendance de leurs parents ?

Comment cette génération de seniors saura-t-elle anticiper son entrée dans le grand âge d’ici 2025 ?

En optant pour la prévoyance individuelle ou mutualisée ?

Ou bien compte-t-elle sur son épargne et son patrimoine immobilier ?

Pèsera-t-elle sur ses enfants moins bien servis qu’eux en matière de travail ou se tournera-t-elle vers le prélèvement contraint (protection sociale) en prenant le risque de peser sur la compétitivité des entreprises françaises et sur l’avenir des nouvelles générations ? 

source :  Geroscopie mars 2017

Vous aimez cet article ? Partagez le avec vos amis !

Choisir une maison de retraite

Dans la même rubrique

Qu'est-ce qu'un EHPAD ?

EHPAD : Qu'est-ce que c'est ?

Les ehpad représentent aujourd'hui la majorité des hébergements d'accueil pour les personnes âgées soit généralement les maisons de retraite.

La maladie d'Alzheimer

La maladie d'Alzheimer

Pour bien connaître la maladie d'Alzheimer pour mieux gérer le quotidien à domicile ou en maison de retraite

 

Tarifs en EHPAD ou maison de retraite

Les tarifs d'une EHPAD

Les tarifs d'une maison de retraite – ou établissement Ehpad – sont constitués de trois éléments : le forfait soins, le tarif dépendance, et le tarif hébergement.

Pourquoi faire un mandat de protection future ?

Le mandat de protection future

Le mandat de protection future permet de désigner à l'avance une personne qui prendra pour la personne âgée les décisions importantes en cas de perte d'autonomie.