Votre agence conseils en residence services seniors, maison de retraite et maintien à domicile SERVICE GRATUIT

Trouvez une place en résidence séniors ou en maison de retraite

Je complète les champs suivants pour une réponse immédiate

J'indique mon nom
J'indique mon prénom
J'indique mon numéro de téléphone

Votre de demande de renseignement a bien été prise en compte,
notre équipe y répondra dans les plus bref délais.

*Champs obligatoire
Conformément à la loi informatique, aux fichiers et aux libertés n°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification relatif à toutes informations vous concernant sur simple demande à notre adresse.

Les aides aux aidants familiaux

Le répit pour l'aidant

Le répit pour l'aidant

L'aide aux aidants familiaux à domicile, en maison de retraite : comment ça marche ?

Aider les aidants familiaux à domicile ou en maison de retraite

Qu'est-ce qu'un aidant familial ?

L’aidant familial est la personne qui vient en aide, à titre non professionnel, en partie ou totalement, à une personne âgée dépendante ou handicapée de son entourage, pour les activités de la vie quotidienne.

Contrairement aux aidants de personnes handicapées, les aidants de personnes âgées ne bénéficient pas d’un statut reconnaissant leur rôle spécifique et leur accordant des droits en contrepartie de leur engagement.

Qui sont les aidants ?

8,6 millions de personnes de 16 ans ou plus aident de façon régulière et à domicile un ou plusieurs de leurs proches pour raison de santé ou d’un handicap.

  • 57 % des aidants sont des femmes
  • 21 % des aidants sont des amis ou des voisins
  • 47 % des aidants exercent une activité professionnelle (soit 1 actif sur 12)
  • 33 % sont  retraités.

Source :  rapport d’activité -CNSA—Conseil du 17 avril 2012

Quel est le profil des aidants ?

L’âge                                             Le lien de parenté

Moins de 30 ans    : 11 %              Conjoints : 44 %

Entre 30 et 49 ans : 32 %              Parents      : 13 %

Entre 50 et 59 ans : 23 %              (dont 12% la mère)

Entre 60 et 74 ans : 24 %              Enfants    : 21 %

75 ans et plus         : 10 %              Amis         : 22 %

Source :  rapport d’activité -CNSA—Conseil du 17 avril 2012

Une aide mixte :

Près de 9 personnes aidées sur 10 le sont au moins par des proches et dans 23% des cas, l’aide est mixte : elle provient de proches et de professionnels.

La santé des aidants familiaux :

Parfois, l’aide apportée par les aidants peut produire des conséquences néfastes sur leur santé : stress, isolement social, fatigue, voire épuisement. 47 % des aidants mentionnent un impact négatif sur leur santé physique et 42 % sur leur moral.

Le paradoxe de l'aide aux aidants :

Pour soutenir l’aidant, il est important de proposer une offre diverse :

  • Soutien psychologique
  • Groupes de paroles
  • Entretiens individuels
  • Formation
  • Activités aidants—aidés
  • Répit, accueil de jour et accueil temporaire.

En effet, les aidants ne sont pas demandeurs d’aide, ils n’expriment pas leurs propres besoins et minimisent l’impact du rôle d’aidant dans leur quotidien.

Lorsque l’on devient aidant, cela peut amener  :

  • Au déni de la maladie ou du handicap et ses conséquences (pour la personne et son entourage)
  • A un accaparement de l’aidant : une interdépendance s’installe
  • A un sentiment de culpabilité : « je n’en fais pas assez »
  • A une méfiance des aidants à l’égard des professionnels
  • A une méconnaissance des aides existantes (difficulté à accepter un relais extérieur : « je suis sa fille et connais mieux mon père que vous ».

Quels soutien aux aidants ?

Les réponses sont apportées par :

  • Les services d’aide à la personne, caisses de retraite, associations de familles
  • Les technologies : téléassistance, système de prévention des chutes, lève-malades
  • L'adaptation du logement (barres d’appui, transformation de baignoire en douche, etc…).

L’accompagnement de l’aidant doit être inscrit dans la durée et prolongé dans le temps (aides récurrentes).

Privilégier des réponses de proximité amène l’aidant à accepter les aides proposées.

Question essentielle des professionnels aux aidants pour initier la confiance :

« Comment leur faire accepter d’être aidés pour mieux aider l’autre ? »

Quels congés pour les salariés aidants ?

Divers congés existent permettant aux aidants de disposer de temps libre pour s’occuper d’un proche :

  • Le congé de solidarité familiale
  • Le congé de présence parentale
  • Le congé de soutien familial.

Ces congés donnent droit à des aides comme l’allocation d’accompagnement d’un proche en fin de vie ou l’allocation journalière de présence parentale.

Quelles aides financières ?

Elles varient selon l’âge et le statut de l’aidant et de l’aidé.

· L’AEH : Allocation d’Education de l’Enfant Handicapé (- de 20 ans)

· L’AAH  : Allocation Adulte Handicapé

· La PCH : Prestation de Compensation de l’Handicap (- de 60 ans)

· L’APA : Allocation Personnalisée d’Autonomie (+ de 60 ans).

L’accueil temporaire en maison de retraite  : une solution de répit

L’accueil temporaire peut être une solution pour « souffler » le temps d’un week-end ou pour récupérer à la suite d’une hospitalisation ou pendant des travaux.

La création du droit au répit pour les aidants ayant un proche en perte d 'autonomie à domicile ou en maison de retraite

Le proche aidant qui soutient et apporte une aide primordiale à un bénéficiaire de l’Allocation Personnalisée d’Autonomie et qui, à titre non-professionnel ne peut être remplacé, peut opter pour des solutions de répit.

Ces solutions, dans le cadre de l’APA n’ont pas d’influence sur le plafond d’aides.

L’évaluation du besoin de répit est effectuée par l’équipe médico-sociale du département au moment de la demande initiale ou de révision de l’APA, elles sont donc définies dans le plan d’aide de la personne concernée.

L’équipe médico-sociale peut donc faire plusieurs propositions :

  • Accueil temporaire en établissement
  • Accueil temporaire en famille d’accueil
  • Relais à domicile

Cette aide est financée par le conseil départemental par le biais d’une majoration annuelle du plan d’aide à hauteur de 499,69€ (valeur en 2016)

D’ici le 1er Janvier 2017, les services sociaux des conseils départementaux doivent réétudier au regard du droit au répit  le dossier des allocataires de l’APA  dont le plan d’aide n’est pas saturé.

L’accueil du proche aidé en cas d’hospitalisation de l’aidant

En cas d’hospitalisation de l’aidant, la personne dépendante profite d’un dispositif d’accueil d’urgence en hébergement temporaire.

Dans de telle circonstances, le montant du plan d’aide personnalisé de l’allocataire peut être ponctuellement augmenté jusqu’à 992,77€ par an (valeur 2016)

Lorsqu’un bénéficiaire de l’APA nécessite un renforcement des prises en charge professionnelles, il doit faire une demande au président du conseil départemental en mentionnant :

  • La date et la durée prévisible de l’hospitalisation de la personne âgée
  • Les caractéristiques de l’aide apportée par l’aidant
  • La nature de la solution de relais souhaitée
  • L’établissement ou le service identifié

La demande doit être faite dès la connaissance de la date d'hospitalisation  si cette dernière est programmée ou au maximum 1 mois avant cette date.

Dès lors, un organisme mandaté par le conseil général (comme équipe médico-sociale ou autre)  doit proposer, après un échange avec la personne dépendante et son aidant, des solutions de relais le temps de l’hospitalisation de l’aidant comme un accueil en maison de retraite,

Les propositions organisationnelles de l’entourage de l’allocataire doivent également être prises en compte.

Si aucune réponse n’est formulée par le président du conseil départemental 8 jours avant l’hospitalisation, la majoration est attribuée d’office à titre provisoire jusqu’à la date de notification de la décision.

Le montant est égal au coût de la solution temporaire après déduction de la participation financière de l’allocataire.

Cependant, la majoration ne peut pas excéder les dépassements de plafonds autorisés.

Enfin, si dans une situation d’urgence aucune solution n’est proposée, le président du conseil doit prendre la main en exposant une proposition et, si nécessaire, l’organiser et la mettre en place.

Vous recherchez une solution d'accueil temporaire en maison de retraite, contactez-nous ! Vous avez le droit de souffler !

Le maintien à domicile

Dans la même rubrique

Aider les aidants

Aider les aidants familiaux

Ce sont les familles qui accompagnent principalement les personnes malades. Aidants principaux : conjoint et enfants. 

Aide à Domicile

L'ARDH : Qu'est-ce que c'est ?

Il s'agit de l'Aide au Retour A Domicile après Hospitalisation qui permet de sécuriser le maintien à domicile après une hospitalisation.

Droit des malades

La fin de vie

La fin de vie et le droit aux malades sont réglementés par la loi du 22 avril 2005.

L'Hospitalisation A Domicile ou HAD

HAD : Hospitalisation A Domicile

l'HAD ou Hospitalisation A Domicile est une forme d'hospitalisation à temps complet qui permet d'assurer les soins médicaux et paramédicaux à domicile